Crédence en carrelage hexagonal

Sommaire de la vidéo

00:00 | Introduction
01:08 | Préparation du mur à carreler
01:38 | Calepinage
03:06 | La pose de carrelage hexagonal
14:08 | La réalisation des joints

Sujets

Pour réaliser ce projet

Si vous aimez les crédences décoratives et originales, alors venez découvrir comment réaliser une crédence en carrelage hexagonal imitation carreaux de ciment

Ce tutoriel, cela faisait un petit moment que je voulais vous le présenter. J’ai réalisé ce chantier il y a plusieurs mois déjà. Je voulais néanmoins soigner un peu le montage car le projet était visuellement sympa et original. Et c’est une abonnée qui habite sur ma zone de travail qui m’a fait cette commande ! C’est d’autant plus sympas !

Nous allons voir pas à pas comment réaliser une crédence avec du carrelage hexagonal. Le carrelage que l’on utilisera ici est un carrelage imitation carreaux de ciment. Mais l’originalité ne s’arrête pas là puisque l’une des deux crédence que nous allons réaliser n’aura pas un tracé rectiligne mais déstructuré.

1. Préparation du chantier

Protection du plan de travail

Première étape, comme vous commencez à en avoir l’habitude : prenez soin de protéger l’ensemble de votre pièce. Dans le cas de ce projet de crédence, et parce que je travaillais dans une pièce terminée, je protège aussi bien les sols que le mobilier. En ce qui concerne les 2 plans de travail, procédez comme suit :

  1. Posez une première bande de scotch de masquage sur le plan de travail au bord des murs à carreler,
  2. Fixez ensuite votre bâche de protection, toujours avec du scotch de masquage, en collant ce dernier sur la bande posée précédemment.

Protection des prises et interrupteurs

Démontez les prises électriques après avoir pris le soin de couper le circuit de votre cuisine !

  1. Retirez la plaque de finition de chaque prise et interrupteur,
  2. Tracez le contour de chaque prise sur le mur avant de la désolidariser de la boîte d’encastrement, vous obtiendrez ainsi vos repères pour la coupes des carreaux en périphérie.
  3. Enfin, protégez le mécanisme de vos prises à l’aide de scotch de masquage.

Préparation du mur à carreler

Si vous suivez régulièrement mes vidéos, vous savez que j’ai pour habitude de préparer mon support en appliquant au préalable une couche de primaire d’accrochage. Et bien pour une fois… non !

Pour ce chantier, j’ai décidé d’innover et d’utiliser un mortier-colle spécifique qui permet la pose de carrelage sans application de primaire, aussi bien sur un ancien carrelage que son un mur peint !

En revanche, je vous recommande de toujours rayer la surface du mur au préalable afin de faciliter l’accrochage sur le support. Dans certains cas, avec ce type de mortier-colle, il sera éventuellement nécessaire de poncer le mur peint au préalable. Dans ce cas, je vous encourage vivement à bien délimiter votre zone de travail pour ne pas déborder et rayer des zones que vous n’avez pas prévu de recouvrir. Ça a l’air tout bête dit comme ça, mais ça arrive !

2. Le calepinage

Anticiper l’organisation des carreaux

D’habitude, c’est moi qui me charge de réaliser le calepinage lors des poses. Il s’agit de définir à l’avance l’organisation des carreaux sur votre futur support afin d’arriver à un ensemble cohérent et agréable au regard.

Bon, là encore on ne fera pas les choses comme d’habitude car mon client m’a fournit un plan détaillé et précis du calepinage qu’il souhaitait. En revanche, si vous n’avez pas encore eu l’occasion de voir comment réaliser cet exercice, je vous renvoie au tutoriel consacré à la réalisation d’une crédence en carreaux métro dans lequel tout cela est bien détaillé.

Crédence en carreaux métro

L’idéal lorsque l’on pose une crédence en carrelage hexagonal, c’est évidemment de partir avec un carreau entier. Que ce soit horizontalement ou verticalement d’ailleurs. Cela rend les coupes plus simples. Néanmoins, ne vous inquiétez pas, ce n’est pas si insurmontable que ça.

Préparer les coupes des carreaux hexagonaux

Vous pouvez voir les carreaux hexagonaux comme des carreaux de forme carrée auxquels ont aurait retiré les coins ! C’est quand même mieux de ce point de vue. Lorsqu’on les pose au mur ou au sol, on réalise finalement une pose décalée classique. Si vous reprenez le schéma qui suit, on peut ainsi considérer que le décalage utilisé et d’un tiers de carreau à l’horizontal et d’un demi carreau à la vertical.

 

On pourra s’aider des différents coins du carrelage pour tracer nos lignes de coupe lorsque l’on souhaitera combler la périphérie de notre mur. Toujours sur la base de notre schéma :

  1. un demi-carreaux pour combler les extrémités inférieures et supérieures de notre zone à carreler,
  2. un tiers de carreau pour les extrémités droites et gauches.

En fonction de votre plan de calepinage, et à l’exception de zones particulièrement compliquées (prises, angles, etc.), vous pourrez anticiper vos coupes et les préparer à l’avance sans avoir besoin de prendre de mesures. C’est bien pratique tout de même !

Préparer les baguettes de finition

Si l’une des extrémités de votre crédence s’arrête sur un angle sortant, vous devrez évidemment penser à installer un profilé de finition afin de masquer le biscuit des carreaux qui auront été coupés. Prenez les dimensions des emplacement concernés et réalisez vos coupes au préalable. Nous en aurons besoin au moment de la pose.

3. La pose de la crédence

Pour ce projet, nous travaillons du petit format. J’utilise donc un peigne de 8mm, c’est amplement suffisant pour ce type de carrelage.

Départ de pose

Je commence donc mon premier rang à la base du plan de travail en posant un carreau entier, suivi d’une moitié, puis d’un entier… je pense que vous avez compris le cheminement. Il suffit de suivre le schéma ci-dessus. N’oubliez pas de positionner dès à présent vos cales de carrelage pour conserver un espace entre le plan de travail et vos carreaux. Positionnez également au fur et à mesure vos croisillons de 2mm. Réalisez ce travail sur une distance de 5 à 6 carreaux puis monter les rangs supérieurs. Vous n’avez pas besoin d’aller plus vite. Travaillez toujours sur de petites surfaces, vous vous sentirez toujours plus à l’aise.

En plus de leur utilité pratiques, les crédences sont des éléments de décoration à part entière. Puisque vous travaillez de la finition, pensez à vous munir d’une cale à poncer spécifique pour le carrelage afin de bien nettoyer les bordures de vos coupes.

N’oubliez pas non plus de passer régulièrement votre éponge humide afin d’éliminer les excédents de colle au niveau de vos joints. Lorsque la colle sera sèche, ils seront bien trop compliqués à retirer.

Découpes au niveau des prises

Pour les prises, comme je vous l’ai déjà montré dans de nombreuses vidéos, il vous suffit de vous positionner votre carreau (en gardant l’épaisseur des joints en tête) et de reporter les dimensions. Vos coupes doivent se situer un tout petit peu à l’intérieur des bords de la prise ; cela vous permettra de faire plaquer le support de prise sur votre carrelage au moment du remontage et ainsi d’avoir un aspect visuel impeccable.

Pose du rang supérieur

Comme je vous l’ai expliqué, l’une des crédences ne sera pas droite. le rang supérieur de la crédence sera en effet composé de carreaux pleins disposés à des hauteurs différentes. C’est bien là tout l’intérêt du carrelage hexagonal : la pose permet de donner une dimension graphique au mur en plus des motifs des carreaux.

Bien que cela ne représente pas un défi technique particulier, vous devrez apporter une attention toute particulière à votre encollage pour ne pas salir ou abîmer la partie du mur qui ne sera pas carrelée. La petite astuce : il vous suffira d’encoller le carreau plutôt que le mur et d’alléger votre épaisseur de colle sur la périphérie. En effet, lors de l’application du carreau, la pression que vous exercerez viendra repousser le surplus de colle aux pourtours du carreau.

Malgré tous vos efforts, vous devrez évidemment abuser allègrement de votre éponge pour nettoyer le mur au fur et à mesure de la pose.

3. La réalisation des joints

Pour ce projet, nous utiliserons un joint flexible gris pour support déformable.

Commencez par retirer tous les croisillons de votre carrelage. Si la pose a été faite correctement, vous ne devriez pas avoir de colle dans les joints ou bien alors très peu. Si jamais cela était le cas, vous pouvez toujours gratter un peu l’excédent à l’aide d’un cutter.

Appliquez votre joint en prenant soin d’appuyer avec la tranche de votre platoir à jointer. Cela permet d’une part de faire rentrer le joint entre les carreaux mais également de ramasser les excédent de joint à la surface des carreaux. Moins vous aurez de résidus de joints sur votre carrelage, plus le nettoyage sera simple.

Pour les zones difficiles, les angles et les rangs supérieurs, ceux-là même faisant la jonction avec le mur peint, vous pourrez vous aider d’une spatule et non du platoir. Elle sera plus malléable et vous permettra de réaliser des finitions plus fines.

Dès que le joint commence à sécher, il ne vous reste plus qu’à nettoyer avec votre éponge. Toujours au niveau des arasements des carreaux supérieurs, munissez-vous d’un cutter pour racler les derniers excédents.

Notez qu’il restera à poser un joint en silicone le lendemain. Mais dans le cas présent, ce n’est pas moi qui m’en suis chargé mais le client !

J’espère que ces explications vous seront utiles et vous permettront de réaliser un projet similaire. Si vous aviez des questions ou des incertitudes sur le sujet, vous savez que vous pouvez toujours me contacter ; je ferai mon possible pour vous répondre dans les meilleurs délais.

D’ici à notre prochain tuto… Prenez soin de vous <3 !

Envies de crédences ?

Le style de carrelage utilisé dans cette vidéo

Partagez cet épisode

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email