Crédence en carreaux métro

Sommaire de la vidéo

00:00 | Introduction
00:58 | La préparation du chantier
04:00 | Le calepinage
07:18 | La pose de la crédence
12:41 | La réalisation des joints

Sujets

Pour réaliser ce projet

Dans ce tutoriel, je vais vous expliquer pas à pas comment réaliser vous même la pose d’une crédence de cuisine en carreaux métro.

Le carreau métro, c’est désormais un grand classique de la décoration, aussi bien pour la cuisine que pour la salle de bain. Et ce n’est pas un hasard finalement. Cette création « Made in France » a fait son apparition à l’ouverture du métro parisien en 1900. Spécialement conçu pour le revêtement des stations du réseau de transport, ses surfaces lisses et biseautées permettent de refléter la lumière et d’être nettoyé très facilement. Ce sera donc un choix idéal pour accentuer la luminosité d’une pièce sans souffrir d’un entretien intense… et puis soyons honnête : c’est un carreau très tendance.

Plus besoin de se justifier : on y va !

1. Préparation du chantier

Protection du plan de travail

Première étape à ne pas négliger, prenez bien soin de protéger l’ensemble de votre pièce. Dans le cas de notre projet de crédence, je protège principalement les plans de travail :

  1. Je pose tout d’abord une première bande de scotch de masquage sur le plan de travail au bord du mur à carreler,
  2. C’est sur cette bande que je viens ensuite fixer ma bâche de protection, toujours avec du scotch de masquage.

Protection des prises et interrupteurs

Démontez également les prises électriques après avoir pris le soin de couper le circuit de votre cuisine !

  1. Retirez la plaque de finition de chaque prise et interrupteur,
  2. Avant de retirer la plaque de montage, tracez son contour sur le mur, vous obtiendrez ainsi vos repère pour les coupes de vos carreaux.
  3. Enfin, protégez le mécanisme de vos prises à l’aide de scotch de masquage.

Préparation du mur à carreler

Préparez enfin votre support à carreler. Ici, je commence tout d’abord par rayer la surface du mur à l’aide d’un cutter. Cela permettra une meilleure adhérence du primaire d’accrochage. Une fois que cela est fait, prenez soin de retirer les résidus de poussière à l’aide d’un chiffon.

Posez également un scotch de masquage sur le mur afin de délimiter la zone à carreler et vous assurer de ne pas appliquer votre primaire trop loin. Le primaire est généralement coloré et ne pourra pas être nettoyé.

Munissez-vous alors d’une patte de lapin ou d’un rouleau classique et appliquez votre primaire d’accrochage sur l’ensemble de la surface à carreler. Dans cette étape, assurez-vous de ne pas faire de surépaisseurs.

Lorsque le primaire d’accrochage est sec, vous pouvez retirer les scotchs de masquage.

2. Le calepinage

Avant même de procéder à la pose des carreaux, je vais réaliser mon calepinage. Pour rappel, il s’agit de définir à l’avance la position des carreaux sur le mur ainsi que les coupes qui vont devoir être réalisées.

Pour cela, j’ai l’habitude de poser une couverture de protection au sol et de travailler par terre.

Je commence par mesurer la hauteur prévue de mon plan de travail. Ici, je vais faire en sorte d’avoir un carreau plein en dessous de la hotte qui sera l’extrémité supérieure de ma crédence.

Je pose des carreaux à sec sur ma couverture et je glisse entre chacun d’entre eux mes croisillons de 2 mm, ceux-là même que j’utiliserai pendant la pose. Une fois que j’ai obtenu la hauteur suffisante, je vais pouvoir reporter la dimension de ma crédence sur le dernier carreau. Ce repère est la représentation de la coupe que je devrai réaliser pour l’ensemble des carreaux positionnés à la base du plan de travail. Avec ce repère, je vais pouvoir préparer une dizaine de carreaux d’avance à l’aide ma carrelette. Pour des explications complètes sur l’utilisation de la carrelette, je vous renvoie vers le tutoriel que j’ai réalisé spécialement.

Réaliser une coupe droite

Les crédence de cuisine en carreaux métro sont généralement posées en pose décalée. Cela signifie que le rang supérieur est décalé d’une moitié de carreau. J’ai donc pris le soin de préparer une dizaine de moitiés de carreau au préalable pour les départs de rang suivant.

Mon carreau de départ sera positionné légèrement en dessous de la hauteur du plan de travail. Je vais donc réaliser une première coupe à l’aide d’une disqueuse après avoir pris un repère horizontal et vertical.

3. La pose de la crédence

Je commence tout d’abord par préparer ma colle dans un seau. J’utilise ici de la colle blanche HP.

J’étale ma colle à l’aide d’un peigne de 6 mm de manière à démarrer mes 3 premiers rangs sur une longueur d’environ 5 à 6 carreaux. Pas la peine de mettre plus de colle, il est important de travailler par petites zones. Si jamais vous mettiez trop de temps à positionner vos carreaux ou bien à réaliser vos coupes, vous risqueriez de laisser la colle sécher et perdre sa qualité d’adhérence.

Soyez réguliers lorsque vous appliquez la colle, les sillons du peigne doivent être propres. Pensez également à positionner vos croisillons au fur et à mesure de la pose.

A l’exception des coupes au niveau des prises, vous ne devriez avoir aucune réelle difficulté. Travaillez à votre rythme, par petites zones, jusqu’à avoir entièrement recouvert la zone.

A la fin, et si vous le souhaitez, vous pourrez installer une baguette de finition aux extrémités afin de masquer le biscuit du carrelage. Dans ce cas, prenez bien soin de choisir une épaisseur de baguette égale à l’épaisseur de vos carreaux, même si les carreaux sont biseautés.

4. La réalisation des joints

Une fois que la colle est sèche, vous pouvez commencer par retirer tous les croisillons.

Réalisez un joint en suivant les recommandations du fabricant, munissez-vous d’un platoir à jointer et appliquez-le dans les joints en effectuant des passages en diagonale. N’hésitez pas à revenir sur vos premières passes afin de retirer un maximum de surplus de joint sur vos carreaux.

Après un léger séchage, j’utilise un crayon pour creuser mes joints au niveau des biseaux. C’est un exercice un peu long. Aussi, prenez un peu de recul de temps à autres afin de vous assurer que vous n’avez oublié aucun joint. On me demande très souvent de jointer les carreaux métro avec du joint blanc. Compte tenu du nombre de joints et de l’effet ton sur ton, il n’est pas rare d’en oublier un ou deux.

Vous trouverez bien souvent des images de crédences en carreaux métro jointées avec un joint blanc. C’est peut être très tendance, mais je vous conseille néanmoins (si possible) d’opter pour un joint gris ou noir. D’une part, cela permettra de mettre davantage vos carreaux en valeur. D’autre part, cela leur permettra de durer plus longtemps. Les joints blancs ont tendance à se salir plus facilement (évidemment), et cela s’accentuera d’autant plus pour une crédence qui sera exposée aux éclaboussures (huile, eau et aliments).

Une fois que vous avez terminé, lissez les soigneusement avec une éponge, c’est une étape de finition !

Terminez les arasements le long du plan de travail à l’aide d’une spatule.

Enfin, une fois que les joints sont secs (environ 5 minutes), passer un coup énergique de chiffon sec afin de retirer la laitance sur vos carreaux. La laitance, c’est ce léger voile résiduel laissé par les joints sur les carreaux. Lorsque ces derniers brilleront, vous saurez que le travail est terminé.

J’espère que ce tutoriel vous aura plu et vous aura inspiré pour la réalisation de futurs projets. Si c’est le cas, partagez-le allègrement !

Si jamais vous aviez des questions, n’hésitez pas non plus à me contacter, je vous aiderait autant que possible.

D’ici à notre prochain tuto… Prenez soin de vous <3 !

 

Le style de carrelage utilisé dans cette vidéo

Partagez cet épisode

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email