Ragréage : préparer un sol avant de carreler

Sommaire de la vidéo

00:30 | Présentation du chantier
02:14 | Présentation du primaire
04:21 | Application du primaire
07:30 | Présentation du ragréage
08:45 | Présentation du débulleur
10:30 | Application du ragréage

Sujets

Pour réaliser ce projet

Cette semaine je vous poste un tuto qui me tiens vraiment à cœur : comment réparer et préparer un sol avec un ragréage lors d’une rénovation.

En effet, la majorité d’entre vous (qui visitez la chaîne, le site, ou qui m’écrivez) réalise des projet de rénovation, plus que des projets dans le neuf. Le ragréage est bien souvent une étape nécessaire à la réalisation de votre projet, notamment si vous avez décidé au préalable de retirer l’ancien carrelage. Pour vous montrer comment procéder, je vous invite à me suivre dans le chantier de cette petite cuisine dans laquelle j’ai déjà retiré l’ancien carrelage.

L’outillage

La pose d’un ragréage ne nécessite pas une grande quantité d’outils. Vous aurez besoin d’un seau ou d’un bac à peindre et d’un rouleau de peintre pour appliquer le primaire d’accrochage. L’idéal est de se munir aussi d’une perche de peintre pour pouvoir travailler debout.

Pour le ragréage il faudra un grand peigne ou une flamande (platoir flamand), une gamate, un seau doseur (important), un malaxeur et pour la première fois dans mes tutos un nouvel outil que je vous présente, un débulleur.

Les Matériaux

Primaire d’accrochage

Pour le primaire d’accrochage je vous présente ce produit (primaire Prb) que j’aime bien utiliser pour sa qualité (grande rugosité), sa rapidité de séchage et aussi sa polyvalence d’application. Pas d’inquiétude si vous ne trouvez pas celui-ci en particulier. Vous pourrez opter pour un primaire universel d’une autre marque, cela ne devrait pas poser de problème.

Vous êtes nombreux à me demander pourquoi les primaires d’accrochage ont une couleur. Sachez que c’est en premier lieu pour vous permettre de bien repérer les zones que vous avez couvertes lors de l’application. L’autre fonction de la couleur est de permettre un repérage en cas de problème ou de litige. Si un carottage est effectué, la couleur permet, d’une part, de déterminer la présence d’un primaire ou non et, d’autre part, de déterminer quel type de primaire il s‘agit.

Ragréage

Le produit essentiel de ce tuto de rénovation est le ragréage, facile à trouver dans les grandes enseignes de bricolage. Quel que soit le produit que vous choisirez, suivez scrupuleusement la notice explicative sur le paquet (essentielle pour le dosage de l’eau). Celui que j’ai choisi pour ce projet dispose de qualités auto-lissantes et auto-nivellantes qui seront parfaites pour rénover mon support, jusqu’à 10mm d’épaisseur de rattrapage.

Application du primaire d’accrochage

Nous voici dans le vif du sujet. La première chose à faire est d’appliquer le primaire. Cela vous permettra de vous organiser pour la suite pendant le séchage.
Dépoussiérez bien la pièce à l’aide d’un balais ou d’un aspirateur avant l’application. Je le rappelle souvent : avant toute application, un support doit être sain, sec et propre !
Versez une petite quantité de primaire dans votre seau (ou bac à peindre) et avec commencez à bien imbiber votre rouleau ( avec une perche c’est mieux). Vous pouvez ensuite commencer à étaler le produit sur le sol. Avec l’aide d’une perche, effectuez des grands mouvements pour étaler le produit au maximum. N’hésitez pas à croiser vos passes et à bien vérifier que la couleur soit présente partout pour ne pas laisser de vides. Il n’est pas nécessaire de passer une deuxième couche.

Application du Ragréage

Maintenant que votre primaire est appliqué, profitons du temps de séchage pour préparer la suite. Mettez vous un point d’eau en place et prenez votre gamate. En suivant les instructions du fabricant, versez la bonne quantité d’eau grâce au seau doseur et préparez une première tournée. Personnellement, je commence toujours par verser la moitié de la quantité d’eau nécessaire en premier, puis je vide ensuite l’intégralité du sac de ragréage avant de compléter avec l’autre moitié d’eau. Cela permet de mélanger de façon plus homogène. À ce stade, prenez le malaxeur. Posez votre gamate au milieu de la pièce ou loin d’un mur si le point d’eau est ailleurs (pour éviter les éclaboussures), puis commencez à malaxer à vitesse MINIMUM. Très important pour bien mélanger l’eau et le produit. Vous devriez vous retrouver avec une pâte lisse et assez liquide en quelques minutes.

Votre ragréage prêt à l’emploi, vous pouvez en verser une bonne quantité au sol, dans la partie de la pièce opposée à sa sortie et commencer à étaler à l’aide du peigne. Vous noterez dans la vidéo que j’utilise la partie dentée du peigne pour bien tirer le ragréage sur la surface à couvrir, tandis que j’utilise plutôt la partie plate pour lisser une fois que c’est étalé. Si la consistance de la pâte est bonne, vous devriez rattraper le niveau voulu assez facilement. Vous remarquerez en garnissant les gros trous, si il y en a, que l’on peut les apercevoir après le passage, c’est ce que l’on appelle le spectre. Vérifiez l’homogénéité de votre étalage et repassez des coups de peigne pour régulariser la surface si nécessaire. Faites cela en reculant jusqu’à avoir vidé votre gamate.

Les sacs de 25Kg permettent en général de couvrir une surface de 5 mètres carrés ; cela dépendra évidemment de l’épaisseur que vous aurez à rattraper. Maintenant que vous avez appliqué le premier, et avant de préparer le deuxième, je vais vous présenter le débulleur.

Il s’agit d’un outil sous la forme d’un rouleau munis de piques. Pour les connaisseurs, ça ressemble à un pique pâte de pâtisserie (je vous déconseille de l’utiliser dans votre cuisine). C’est un outil que j’aime utiliser pour ragréer car il permet de bien chasser l’air, apporté par le malaxage, qui se trouve encore dans le ragréage. L’air à pour effet de créer plein de petits trous de bulles au séchage. Pour un résultat super lisse, je vous conseille de débuller. L’usage est très simple, à l’aide de la perche à peindre, passez des coups de rouleau débulleur dans le ragréage frais, sans aller trop vite. Les piques vont pénétrer le produit et chasser les bulles qui s’y trouvent encore. Attention, elles ont tendances à se recouvrir légèrement de ragréage lors de l’action et si vous passez trop prés d’un mur vous risquez de le tâcher. Vous observerez aussi que le passage du débulleur apporte une certaine tension à la surface. C’est la marque d’un résultat impeccable.

Voilà vous avez toutes les cartes en mains, vous n’avez plus qu’à répéter les opérations ragréage et dé-bullage plusieurs fois selon la taille de votre pièce et admirer le résultat au séchage.

J’espère que ce tuto vous éclairera sur la marche à suivre pour vos projets de ragréage, je vous dis à très bientôt sur Karotuto et surtout… Prenez soin de vous <3 .

Les matériaux

Partagez cet épisode

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience de navigation

code PROMO Karotuto

10% de remise
sur l'ensemble du site

logo-e-carreleur